Главная страница «Первого сентября»Главная страница газеты «Французский язык»Содержание №10/2010

Mon amie la langue française

Pierre Nerguararian : « Je cherche à mieux connaître la Russie et à rencontrer les gens… »

img1Compagnie pétrolière et gazière internationale avec des racines françaises, Total travaille en Russie depuis vingt ans. La principale zone de ses activités est le Nord du pays. Ici, dans le District autonome des Nénets, Total, depuis plus de dix ans, produit le pétrole sur le champ de Khariaga. Dans la région administrative de Mourmansk Total participe au projet de développement du champ de gaz Shtokman dans la mer de Barents. L’année dernière, la Compagnie a noué un nouveau partenariat pour la réalisation du projet Termokarstovoé, cette fois-ci en Sibérie sur le territoire du District autonome des Yamalo-Nénets. Par ailleurs, Total est aussi parmi les plus grands acheteurs du pétrole brut et des produits pétroliers russes.

Pierre Nerguararian, représentant général du groupe Total en Russie, nous a parlé des programmes sociaux réalisés par Total en Russie, des principales manifestations de l’année croisée de la France en Russie et de la Russie en France, ainsi que du rôle de Total dans le développement de la coopération franco-russe.

img2

Pierre Nerguararian

– Monsieur Nerguararian, pouvez-vous dire en deux mots, quelle est la stratégie de la compagnie énergétique française Total en Russie?

– Notre groupe a un rôle multiple. Évidemment, Total est avant tout une très grande compagnie industrielle, dont l’objectif prioritaire est d’assurer le développement de sa production de pétrole et de gaz en collaboration avec ses partenaires russes, tout en garantissant la sécurité du travail et la protection de l’environnement et en intégrant au maximum les industries locales dans nos projets. De façon plus générale, le groupe Total, conscient de sa responsabilité sociale, accompagne systématiquement ses projets industriels de toute une série d’actions dans le domaine de l’enseignement, de la santé publique, de la culture et des sports. Évidemment, nos projets sociaux sont principalement développés là où sont situées nos bases industrielles.

En plus, Total, en tant que capitaine de l’industrie française cherche à amener de nouveaux investisseurs et industriels français sur le marché russe, en favorisant les contacts d’affaires et en organisant les rencontres et les négociations entre les partenaires. Un autre rôle du Groupe, qui nous apporte la plus grande satisfaction, consiste à contribuer à la coopération entre la France et la Russie dans le domaine de la culture et de l’enseignement et à promouvoir la francophonie et la civilisation française parmi les russes et surtout parmi les jeunes.

– Monsieur Nerguararian, vos dernières paroles me font penser au grand événement de l’année 2010 qui est une année croisée franco-russe. Les manifestations prévues sont nombreuses et elles ne font que commencer… Quel sera le rôle de Total ?

– Je ne peux pas dire, Gréta, que je ne m’attendais à cette question ! L’année 2010 est évidemment une année spéciale pour nous tous : nous allons célébrer ensemble l’année de la France en Russie et l’année de la Russie en France. Total prend une part active dans beaucoup de manifestations tant en France qu’en Russie, et en Russie ses manifestations sont très diverses. Je commencerai dans l’ordre chronologique. Vous devez savoir que l’année de la Russie en France a été officiellement inaugurée par l’ouverture de l’exposition « Sainte Russie » au Musée du Louvre. Notre groupe a été parmi les principaux sponsors de ce projet, dont nous sommes très fiers. En fait notre coopération avec le Musée du Louvre date de très longtemps. Il y a quelques années nous avons financé la rénovation complète de la fameuse galerie d’Apollon, qui fait partie du Louvre.

Mais revenons à nos projets en Russie. Nous venons de lancer en collaboration avec l’Institut Français à Saint-Pétersbourg et le Comité pour la culture au sein du Gouvernement de la région de Mourmansk, toute une série de manifestations culturelles. Parmi ces dernières sont les concerts et les cours de maître du célèbre saxophoniste français Jean-Pierre Caens, du conservatoire d'Aix-en-Provence, le vernissage de l’exposition des illustrations des œuvres littéraires de Jean-Marie Gustave Le Clézio, Prix Nobel de littérature 2008, le festival du cinéma français en automne 2010, les expositions de photos. L’année dernière nous avons soutenu le projet archéologique franco-russe consacré aux pétroglyphes de Kanozero et nous poursuivons cette action en 2010.

En automne 2010, il y aura un projet théâtral grandiose, sponsorisé par Total qui se déroulera dans plusieurs villes de la Russie. Il s’agit de la tournée de la Comédie-Française avec son spectacle Mariage de Figaro de Beaumarchais. Je crois que les amateurs russes d’art théâtral apprécieront grandement cet événement.

– Vous avez mentionné les projets sociaux du groupe dans les régions. Pouvez-vous en donner quelques exemples concrets ?

– Certainement. Je tiens à préciser que le choix du domaine privilégié de notre coopération avec les régions se fait toujours en fonction des besoins réels de chaque région et très souvent en collaboration avec les autorités locales.

Je peux citer l’exemple de notre projet de Khariaga dans le District autonome des Nénets. À Narian-Mar, chef-lieu du District, Total en collaboration avec l’administration locale et avec la compagnie Statoil, a financé la construction d’une très belle école. C’est une école ultra moderne, je n’ai jamais vu en Europe d’écoles possédant autant de tableaux interactifs qu’ici à Narian-Mar !

Dans les régions administratives de Mourmansk et d’Iaroslavl nous avons un projet de coopération avec la Fondation Vichnevskaya-Rostropovitch concernant la vaccination des enfants hémophiles, avec plus que 45 000 enfants vaccinés depuis 2007.

img3

Kharyaga, le champ pétrolier au-dessus du cercle polaire, developpé par Total depuis 10 ans

Pour ce qui est des projets d’enseignement, notre grande priorité est la formation des spécialistes qualifiés pour l’industrie pétrolière. Dans ce domaine nous avons des projets de coopérations avec les Grandes écoles et les Universités à Moscou, Saint-Pétersbourg, Mourmansk et Arkhangelsk.

Les projets culturels sont aussi très nombreux. Parmi ces derniers une place à part revient à notre coopération traditionnelle avec le théâtre Mariinski et son directeur, maestro Valéry Guerguiev. Cette coopération contient plusieurs volets, dont, par exemple l’organisation des festivals pascals annuels avec leurs spectacles de bienfaisance, ou encore la construction de la nouvelle salle de spectacles à Saint-Pétersbourg, qui s’est terminée récemment. Total sponsorise les spectacles de Mariinski à Moscou, Saint-Pétersbourg, Mourmansk et Arkhangelsk.

– Les lecteurs de notre journal La Langue française voudraient aussi savoir, quelles sont vos actions destinées à promouvoir la francophonie.

– Là encore nous avons plusieurs réalisations à notre actif ! Je crois que vous personnellement et, peut-être aussi certains de vos lecteurs, vous êtes au courant de notre partenariat de longue date avec l’Association des enseignants de la langue française présidée par Mme Jeanna Aroutiounova. À Narian-Mar, en 2002, nous avons ouvert un centre de langue et de culture française, qui est fréquenté par des gens très différents, mais qui sont tous amoureux de la France, de sa culture et de ses traditions et qui s’intéressent à la langue française. Total a pris complètement à sa charge le fonctionnement de ce centre, qui vit et (je dirais même au risque de tomber dans le pathétique) qui fleurit, grâce à la courageuse et énergique institutrice Eléna Romanko, qui l’anime. Notons bien, que depuis huit ans qu’il existe ce centre a permis à 31 personnes, au bout d’une année d’études, d’obtenir un stage gratuit en France. Un centre identique existe aussi à Oussinsk ; nous apportons également notre soutien à certaines initiatives de l’Association des enseignants de français.

img4

La nouvelle école à Naryan-Mar a ouvert ses portes aux étudiants en novembre 2009

Inspirés par les succès de cette entreprise, en 2010 nous avons pris part à l’organisation et au financement d’un concours de la francophonie et de la civilisation française pour les étudiants des lycées et des écoles supérieures (université technique et université pédagogique) de Mourmansk. Les vainqueurs de ce concours auront droit à un voyage gratuit en France.

Un autre exemple de ce volet d’activités est notre projet commun avec le Lycée français de Moscou, Alexandre-Dumas. Là, Total a apporté son appui au projet de jumelage scolaire franco-russe, qui est destiné à développer les échanges culturels et linguistiques entre nos pays et entre nos jeunesses. Dans ce Lycée il y a un théâtre amateur, et nous l’aidons à mettre en scène les œuvres dramatiques des écrivains russes.

– L’Ambassade de France en Russie aussi contribue grandement aux échanges culturels entre nos deux pays. Avez-vous des projets communs avec eux ?

– Bien sûr, nous sommes en contact permanent avec eux ne serait-ce que pour échanger des informations. Nous avons aussi des projets conjoints. Par exemple, depuis quelques années nous sponsorisons « La Semaine de Francophonie », qui pour le moment ne concerne que la ville de Moscou, mais nous sommes prêts à étendre cette initiative sur les régions, où nous travaillons.

– À la fin de notre entretien j’aimerais bien vous poser une question personnelle. Vous êtes en Russie depuis presque trois ans bientôt. Quelles sont vos impressions du pays et quelles sont les spécificités du travail en Russie ?

img5

Un groupe d’étudiants du Centre français à Naryan-Mar avec les Français de chez Total

– Depuis que je suis en Russie j’ai compris une chose importante : pour réussir en Russie, il faut aimer ce pays, et je l’aime bien. Je cherche à mieux connaître la Russie et à rencontrer les gens. Dans la mesure du possible je voyage à travers le pays et je découvre de nouveaux endroits pour moi. Souzdal et Vladimir, qui géographiquement se trouvent à proximité de Moscou, sont devenus mes lieux préférés que je visite régulièrement. Ce sont vraiment des centres de la vie spirituelle en Russie. Professionnellement je vais souvent à Mourmansk et à Narian-Mar, et je suis toujours très bien reçu là-bas. La visite du lac de Baïkal et de Vladivostok reste encore en projet... Et je garde un souvenir fort de la visite à Tioumen et à Tobolsk.

Quant au monde d’affaires, pour moi le plus important c’est de trouver une entente avec mes partenaires russes. Et lorsqu’on y parvient les projets se déroulent plus facilement et les intérêts de deux parties sont pris en considération.

Pour conclure, permettez-moi de souhaiter beaucoup de succès à votre magnifique journal et a vous même !

Et je profite de cette occasion pour exprimer mes meilleurs vœux à vos lecteurs à l’occasion de l’Année croisée de la France en Russie et de la Russie en France, en espérant qu’elle permettra à nos grandes nations de mieux se connaître et de mieux se comprendre !

Photos : Total E&P Russie

TopList